L’extraordinaire histoire de William et Ellen CRAFT, des esclaves fugitifs

William et Ellen Craft sont nés esclaves dans des villes différentes en Géorgie (État du sud des États-Unis). William était charpentier de formation. Ellen était la fille d’une esclave afro-américaine et de son propriétaire blanc. Elle avait un teint très clair et était souvent prise pour une Blanche. À l’âge de onze ans, elle a été donnée en cadeau de mariage à la famille Collins à Macon, en Géorgie. C’est dans cette ville que William et Ellen se sont rencontrés.

En 1846, Ellen, âgée de 20 ans et William, 22 ans, avaient le droit de se marier, mais ils ne pouvaient pas vivre ensemble car ils avaient des propriétaires différents.
Séparés à cause de la distance, ils commencèrent à économiser de l’argent et à planifier une évasion. En décembre 1848, ils se sont enfuis ensemble.

Ellen Craft déguisée en homme
Ellen Craft déguisée en homme

 

La peau claire d’Ellen lui a permis de se déguiser en homme blanc.Elle a ensuite fait passer William pour son esclave. Le plan a fonctionné puisqu’il a permis aux Craft de voyager dans le sud de Philadelphie, où ils sont effectivement arrivés en hiver en 1848. À partir de cet endroit, ils sont partis à Boston où ils se sont installés et y sont devenus célèbres en raison de leur fuite non seulement remarquable mais aussi romantique. Leur histoire leur a fait gagner de l’argent pendant une courte période.

 

 

 

 

Avec leur nouvelle richesse, le couple a commencé à vendre des meubles et leurs affaires étaient prospères. Dans leur temps libre, Ellen et William participaient à des conférences anti-esclavagistes avec un autre esclave fugitif, William Brown Wells.

En 1850, le Congrès a adopté la loi sur les esclaves fugitifs. Une loi qui autorisait les maîtres à partir dans des régions non-esclavagistes pour récupérer leur « propriété ». En conséquence, deux chasseurs d’esclaves, Willis Hughes et John Knight, voyagèrent pour capturer les Craft.


La ville de Boston a hébergé les deux aventuriers et les a gardé loin des chasseurs de primes, mais les amants ne se sentaient plus en sécurité où que ce soit aux États-Unis. C’est ainsi qu’ils décidèrent de déménager en Angleterre en 1851.

Les Craft s’installèrent dans l’ouest de Londres, où ils étaient devenus des personnalités publiques dans le mouvement abolitionniste britannique. Ils publièrent l’histoire de leur évasion en 1860, dans un livre intitulé « Running a Thousand Miles for Freedom » et donnèrent des conférences en Angleterre et en Écosse. En plus de leur lutte pour l’abolition de l’esclavage, ils ont élevé cinq enfants, enseigné à l’école et dirigé une pension de famille. William a également établi  des accords commerciaux dans l’ouest de l’Afrique.

Le couple est resté dix-neuf ans en Angleterre puis est retourné aux États-Unis en 1870 (cinq ans après la Guerre de Sécession). Ils se sont installés près de Savannah, en Géorgie, où ils ont ouvert une école de fermiers pour employer et enseigner à des esclaves affranchis. L’école rencontrait un franc succès, mais cela n’a pas empêché en 1876, quelques bailleurs de fonds d’accuser William de détourner les dons pour son usage personnel. Craft les a poursuivi pour diffamation mais a perdu son procès. L’école a dû fermer à cause du manque de financement. Les Craft ont fini par perdre la ferme à cause d’une baisse spectaculaire du prix du coton au milieu des années 1880.

En 1890, William et Ellen Craft ont déménagé à Charleston pour vivre avec leur fille. Ellen est décédée dans cette ville en 1891. William est décédé dans cette ville, neuf ans plus tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *